play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
  • play_arrow

    Radio Éclat Internationale live Station mère

  • cover play_arrow

    Carrefour musical # 6 Denis Laberge

  • play_arrow

    [Audio] Journal Actualités d’Éclat # 75 Radio Éclat Internationale

Actualité

Côte d’Ivoire : Le consistoire des Protestants Évangéliques interpelle les autorités ivoiriennes sur le danger qui guette l’année électorale

todayFebruary 22, 2020 16

share close

Le clergé protestant évangélique regroupé au sein du Consistoire des protestants évangéliques de Côte d’Ivoire (CPECI) s’est prononcé, le vendredi 21 février 2020, sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire. Cela après l’église Catholique, en janvier dernier.

Le porte-parole du Consistoire des Protestants Évangéliques de Côte d’Ivoire (CPECI), Dr Janvier Bouabré avec ses paires a tenu le vendredi 22 février 2020 un point de presse au siège de l’église Protestante Baptiste œuvres et mission internationale (EPBOMI) à Yopougon Assonvon pour se prononcer sur la situation sociopolitique actuelle en Côte d’Ivoire.

Dans une déclaration lue à cette occasion, l’Apôtre Bouabré Janvier, porte-parole du Consistoire des Protestants Évangéliques de Côte d’Ivoire a déploré, au nom du monde évangélique, l’atmosphère délétère qui prévaut présentement dans la phase primaire de cette année électorale. C’est pourquoi, il a appelé le gouvernement ivoirien à poursuivre le dialogue avec l’opposition, en vue d’assurer une bonne cohésion sociale, préalable à une élection apaisée en octobre prochain, gage de tout développement.

<strong>LApôtre Bouabré Janvier Vice Président et Porte parole du Consistoire <strong>

Voici là l’intégralité de la déclaration du Consistoire des Protestants Évangéliques sur la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire.

«À nos gouvernements, nos concitoyens, et ceux qui habitent la Côte d’Ivoire, salut. Que la paix du Seigneur soit votre partage.

Le Consistoire des Protestants Évangéliques de Côte d’Ivoire, réuni en sa session de la Haute Chambre du 20 février 2020, s’est penché sur la situation sociopolitique qui prévaut actuellement en Côte d’Ivoire.

Au regard des évènements qui marquent l’actualité depuis quelques temps avec des prises de positions extrêmes qui ne laissent pas présager d’une quiétude suffisante dans la perspective des élections à venir, l’église, conformément à son ministère de réconciliation et de paix et dans son rôle de colonne et d’appui de  la vérité, se voit dans l’obligation morale et spirituelle de s’exprimer.

<strong>Les membres de la haute Chambre du Consistoire<strong>

De l’obligation, de l’opportunité et de l’urgence de s’exprimer

Notre responsabilité est d’abord spirituelle, et repose sur le passage d’Ezéchiel 33/1-6, qui nous en fait obligation en ces termes :

« La parole de l’Éternel me fut adressé, en ces mots : Fils de l’homme, parle aux enfants de ton peuple, et dis-leur : lorsque je fais venir l’épée sur un pays, et que le peuple du pays prend dans son sein un homme et l’établit comme sentinelle, si cet homme voit venir l’épée sur le pays, sonne de la trompette, et avertit le peuple ; et si celui qui entend le son de la trompette ne se laisse pas avertit, et que l’épée vienne le surprendre, son sang sera sur sa tête. Il a entendu le son de la trompette, et il ne s’est pas laissé avertit, et que l’épée vienne enlever à quelqu’un la vie, celui-ci périra à cause de son iniquité, mais je redemanderai son sang à la sentinelle ».

Notre responsabilité est aussi citoyenne, car notre paix dépend de la paix du pays (Jérémie 29/7) ; « Rechercher le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Éternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien ».

En outre devant le péril, le silence devient coupable. Par contre, en s’exprimant avec les valeurs de paix et d’amour qui lui sont propres, l’église contribue à éviter d’autres formes d’expression potentiellement regrettables.

Enfin, l’histoire récente de notre pays a été tristement marquée par les multiples crises sociopolitiques qui ont évolué crescendo depuis 1999 pour aboutir à la terrible déflagration post-électorale de 2011.

Ces crises ont causé aux populations vivant en Côte d’Ivoire des traumatismes et dommages tellement malheureux, dont les effets ne sont pas encore résorbés. Nous en tirons d’expérience, la nécessité de prévenir au plut tôt toute escalade qui pourrait être préjudiciable au bien-être des populations et à la construction du développement national.

<strong>Révérend Dr Zézé Raphael Vice président Chargé des affaires administratives du Consistoire <strong>

Des maladies, peurs et craintes ressentis à l’aube de l’élection présidentielle de 2020

Dans le concert des voix qui se sont déjà exprimées sur le sujet, nous voulons pour notre part déplorer l’atmosphère délétère qui prévaut dans la phase actuelle de préparation des élections.

Nous trouvons particulièrement regrettable :

-Les tensions sociales survenues entre communautés ;

-Le désaccord des acteurs politiques sur la conduite du processus électoral ;

-La mise en cause de la liberté d’expression politique ;

-Les crimes et sacrifices rituels régulièrement observés à travers les témoignages et faits divers, ce qui est humainement insupportable et inadmissible, en considération du caractère sacré de la vie humaine.

Cette situation est de nature à faire perdre aux populations leur sérénité face à l’élection à venir. Elle est dangereuse pour la paix sociale. C’est pourquoi il devient impératif d’apaiser les esprits. À ce sujet, nous voulons saluer toutes les initiatives qui encouragent le dialogue social.

Reverend Docteur Dion Yayé Robert Président du Consistoire des protestants évangéliques de Cote dIvoire

Nos recommandations

Au regard de ce qui précède, le Consistoire des protestants évangéliques de Côte d’Ivoire :

-Invite tous les acteurs à s’engager pour la construction d’une atmosphère propice à des élections paisibles, équitables et transparentes, qui devront aboutir à des résultats non contestés et acceptés de tous ;

-Appelle le gouvernement à poursuivre le dialogue avec l’opposition, en vue d’assurer la cohésion sociale, préalable à tout développement ;

-Plaider pour la libération des prisonniers politiques et le retour de tous les fils et filles de la cote d’Ivoire qui sont en exil.

Nous soulignons qu’aucun prix n’est assez grand pour la paix de notre cher pays.

Conclusion

En conclusion nous invitons de nos assemblées, nos concitoyens et tous les leaders à quelques niveau que ce soit, à rechercher les vertus les meilleurs pour la construction de notre chère et unique nation, à savoir : le dialogue, la paix, la tolérance, le respect de la vie humaine…

Écoutons-nous, et comprenons-nous. Que l’Éternel, Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de paix soit avec tous. Amen ! »

À indiquer que le Consistoire des Protestants Évangéliques de Côte d’Ivoire (CPECI), agrée depuis le 27 juillet 2016 se présente désormais comme la seule voix officielle des Protestants Évangéliques de Côte d’Ivoire auprès des autorités étatiques.

Saint Bénifils  

Written by: Radio Éclat Internationale

Rate it

Previous episode

play_arrow

Actualité

[Audio] Journal Actualités d’Éclat # 61

Des kidnappeurs ciblent les chrétiens à Port-au-Prince. Des voix s’élèvent contre l’insécurité en Haïti. La secrétaire financière d’une église dans le New Jersey aux Etats Unis aurait détourné plus d’un demi-million de dollars. Le cas de Taisha Smith-De Joseph nous intéresse dans ce journal. 25 Avril la date à retenir. Jean Etiome Dorcent anime un grand séminaire sur les atouts des médias sociaux pour les églises à Montréal.

todayFebruary 17, 2020 40


0%