play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
  • play_arrow

    Radio Éclat Internationale live Station mère

  • cover play_arrow

    Carrefour musical # 6 Denis Laberge

  • cover play_arrow

    Haiti: le conseil présidentiel de transition installé Salomon Albert

Actualité

Enseignant du Coran, il s’est converti au christianisme

todayAugust 15, 2018 20

share close

Depuis qu’il a découvert la vérité sur Jésus, Omar a cessé d’enseigner le Coran. Une décision qui lui a valu de graves ennuis et qui a divisé sa famille.

Omar, un père de famille de 31 ans, était très respecté dans son village à l’extrême Nord du Cameroun : il enseignait le Coran. Mais le 5 avril dernier, il a entendu le message de l’Évangile et cela est venu bousculer ses convictions.

«Je suis rentré chez moi. Connaissant bien le Coran, j’ai décidé d’y lire ce qu’il disait sur Jésus. J’en ai tiré la conclusion que Jésus est le chemin», se souvient Omar.

Les ennuis commencent

Le lendemain, les élèves sont venus pour leur leçon coranique habituelle. Omar a essayé de les envoyer vers un autre professeur, mais ils se sont mis à pleurer et ils ont refusé de partir. Cela a attiré l’attention des parents, qui ont voulu savoir ce qui se passait.

«Je leur ai dit que j’avais découvert la vérité sur Jésus et que je voulais le suivre», dit Omar. Cette déclaration n’a pas été du goût de son oncle, qui s’est présenté au domicile d’Omar. Alors que dehors la foule grandissait, il a fait pression sur Omar pour qu’il quitte la communauté.

Ne pas rendre le mal pour le mal

Plus tard, cet oncle a profité du moment où Omar était parti au marché pour mettre le feu à sa maison. Omar était dévasté, prêt à riposter : «J’ai acheté du carburant et j’ai pris des allumettes pour aller mettre le feu chez lui. Mais quelque chose m’a retenu. J’ai appelé le pasteur. Il m’a dit de ne pas rendre le mal pour le mal», raconte-t-il.

Sur les conseils du pasteur, Omar a emmené sa famille au village de son père, un musulman non pratiquant, alors que lui-même trouvait refuge auprès d’un autre pasteur.

«Un jour, j’ai découvert que ma femme et mes enfants n’étaient plus là. Mon père m’a dit qu’il n’était pas le tuteur de ma famille et que je n’étais plus son fils», dit Omar.

Source: Portes Ouvertes.

Written by: Radio Éclat Internationale

Rate it

Previous episode

Histoire des chants

“Histoire des chants: “Cher Seigneur, tiens ma main ”de  Thomas Andrew Dorsey

Il avait abandonné la foi, après la mort tragique de sa femme et du bébé qu’elle portait. Celui qu’on appelle le « Père de la musique Gospel noir » nous a laissé pourtant un cantique extraordinaire, après avoir repris sa place. « Cher Seigneur tiens ma main », est aujourd’hui  traduit en 32 langues dont le créole haïtien. Comme d’habitude,  Willy Lafleur se fait un plaisir de raconter cette histoire (en créole haïtien).

todayAugust 13, 2018 118


0%