play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
  • play_arrow

    Radio Éclat Internationale live Station mère

  • cover play_arrow

    Carrefour musical # 6 Denis Laberge

  • cover play_arrow

    Haiti: le conseil présidentiel de transition installé Salomon Albert

Actualité

Kenya : Un chef de police affirme avoir besoin de Dieu pour lutter contre le crime

todaySeptember 16, 2019 35

share close

Au Kenya, un chef de police prône la foi en Dieu pour lutter contre le banditisme. Maralal, petite ville au nord du Kenya, est le témoin de fusillades fréquentes et de banditisme. Mais sa sécurité est assurée par un chef de police aux mesures inattendues, William Sifuna. Dans les rues de Maralal, on l’appelle le « policier prêcheur ».

L’officier Sifuna n’est pas que le chef de la police de Maralal. Il est également pasteur dans l’église de la ville. Alors, pour combattre le banditisme qui sévit dans sa circonscription, il a décidé d’utiliser sa Bible. « Pour lutter contre le crime, nous avons besoin de Dieu. Nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes. Nous avons besoin de l’intervention de Dieu dans tout ce que nous faisons en tant que force de police. 

Il aime se positionner comme un « médiateur ». De nombreux cas de banditisme gérés par la police de cette ville sont liés au vol de bétail. Quand William Sifuna arrive sur place, il intervient selon les principes de la Bible.

Le voleur doit restituer ce qu’il a volé, demander pardon à la victime et établir un plan pour ne pas retomber dans la criminalité. « Je suis prêt à me défendre face à une menace mortelle. Mais je préfère utiliser l’amour et la médiation. […] Avant de les enfermer, je profite de l’occasion pour leur prêcher ou les conseiller. Et quand ils sortent des cellules froides, la plupart d’entre elles confessent et se détournent du crime. » 

<strong>William Sifuna<strong> <strong>dans les rues<strong> <strong>Maralal celui quon appelle le <em>policier prêcheur<em> <strong>

Conscient de la tragédie que vivent certains jeunes des rues de Maralal, le policier a mis en place un centre de secours pour mineurs dans le commissariat. Il supervise également les actions d’un centre pour enfants à Kilimambogo.

« C’est simple, car tout ce qu’il faut, c’est une attitude et des valeurs que le service de police s’efforce d’adopter. En tant que policiers, lorsque nous respectons les gens, ils nous respecteront également. Les policiers ont juste besoin de traiter les gens avec respect. Nous sommes appelés à protéger et à rassurer les gens. »

Alors que la police locale est souvent jugée « brutale » dans cette région, William Sifuna tente d’ouvrir une nouvelle voie.

Source : infochretienne.com (M.C.)

Crédit Photo : Anton_Ivanov / Shutterstock.com

Written by: Radio Éclat Internationale

Rate it

Previous post

Actualité

ONU : Antonio Guterres s’engage à protéger les sites religieux dans le monde

Mettre fins aux multiples attaques contre les sites religieux dans le monde, c’est le nouveau défi du secrétaire général des nations unis, Antonio Guterres. Cet engagement, il l’a traduit le 12 septembre dernier.   «Les sites religieux sont des symboles puissants de notre conscience collective. Lorsque des personnes sont attaquées en raison de leur religion ou de leurs convictions, toute la société est amoindrie», a déclaré Antonio Guterres le 12 […]

todaySeptember 16, 2019 16


0%