play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous skip_next
00:00 00:00
chevron_left
volume_up
  • play_arrow

    Radio Éclat Internationale live Station mère

  • cover play_arrow

    Carrefour musical # 6 Denis Laberge

  • cover play_arrow

    Haiti: le conseil présidentiel de transition installé Salomon Albert

Actualité

Sénégal : La monté en puissance du business de nettoyeurs de tombes et de vendeuses de fleurs à la Toussaint

todayNovember 3, 2019 7

share close

Dans ce pays où moins de 5 % de la population est chrétienne, le 1er novembre est une aubaine pour de nombreux jeunes rompus au monde de l’informel.

Au Sénégal, la Toussaint se prépare depuis une semaine, mais ce sont moins les chrétiens que les musulmans qui s’activent en prévision des célébrations de ce vendredi 1er novembre.

Dans ce pays où moins de 5 % de la population est chrétienne, la Toussaint est avant tout l’opportunité de gagner quelques billets pour de nombreux jeunes rompus au monde de l’informel et des petits boulots.

Jeudi, ils étaient une trentaine à circuler dans les allées de Bel-Air, le plus vieux cimetière chrétien de Dakar, à l’entrée d’une zone industrielle. « Demain sera le meilleur jour de l’année », glisse Lamine en frottant ses mains terreuses contre son tee-shirt découpé dans un drapeau sénégalais.

Il sait que les riches familles chrétiennes vont se recueillir auprès de leurs défunts. Et il est impensable que la tombe des ancêtres soit plus sale que celle de leurs voisins, c’est une question de rang.

« C’est mieux de travailler dans les cimetières chrétiens, parce qu’ils ont des tombes avec du carrelage, de la pierre et parfois même du marbre ! Il y a de quoi nettoyer, alors que les tombes musulmanes, c’est souvent dans le sable », poursuit le jeune homme.

Pour 5 000 francs CFA (7,60 euros), Lamine et ses collègues frottent la dalle à la brosse, ripolinent au chiffon et lavent même à grande eau quand la terre s’est incrustée.

Pour quelques francs Cfa supplémentaires, Lamine ouvre même son pot de peinture pour repasser les noms et les dates en noir. « On fait ça propre, sourit-il. Mieux que les techniciens du cimetière, qui demandent 15 000 francs Cfa par mois pour frotter deux fois. »

Source : LeMonde.fr

Crédit Photo : SudFM

Written by: Radio Éclat Internationale

Rate it

Previous post

Actualité

Haïti : Une église adventiste cafouillée en plein culte

Le samedi 02 novembre 2019, au quartier Arcahaie, à Carrefour Poy, le culte d’adoration au temple « Éphèse » a été interrompu, sous pression des contestataires. Cela pour exiger la démission du président haïtien Jovenel Moïse. Ces dernier tempsplusieurs églises Adventistes ont été fortement éprouvées. On note l’accident des fidèles au Zambie, le 27 octobre, précédé de l’arrestation du président de l'Union burundaise, Lamec Barishinga, alors qu'il se rendait aux réunions de […]

todayNovember 3, 2019 37


0%